Le Préfet des Vosges à la rencontre des acteurs et bénéficiaires de la « Garantie Jeunes » à la Mission locale d’Epinal

 
 
Le Préfet des Vosges à la rencontre des acteurs et bénéficiaires de la « Garantie Jeunes »

Jeudi 6 juillet 2017, M. Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, Préfet des Vosges a présidé un comité de pilotage relatif au dispositif de la « Garantie jeunes » dans les nouveaux locaux de la Mission Locale d’Epinal.

Le dispositif s'est déployé progressivement sur l'ensemble du territoire français. Lors de son entrée en vigueur, fin 2013, il est appliqué sur 10 départements dont celui des Vosges, département pilote.

Chaque année, de nouveaux territoires se sont inscrits dans la démarche et, depuis le 1er janvier 2017, le dispositif est généralisé à l'ensemble du territoire national. 

La Garantie jeunes, accompagnement personnalisé intensif d’une durée de douze mois, constitue une modalité spécifique, une phase d’accompagnement particulière  du parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA), nouveau cadre contractuel unique de l’accompagnement des jeunes par les missions locales, et créé par la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels. 

La Garantie jeunes consiste, d’une part, en un soutien intensif, collectif puis individuel assuré par la mission locale, permettant l’accès à une pluralité d’expériences professionnelles et de formation et, d’autre part, en une garantie de ressources.

Elle permet d’accompagner des jeunes de 16 à 25 ans révolus, sans situation active (ni en études, ni en formation, ni en emploi), en situation de précarité (sociale, familiale, financière) motivés et prêts à s’engager dans un parcours d’accompagnement global, social et professionnel, de 12 mois. Elle vise l’insertion professionnelle et l’acquisition de l’autonomie par le jeune.

Une commission départementale multi acteurs, présidée par le responsable de l’Unité départementale de la Direccte au nom du Préfet, se prononce sur les renouvellements dans le dispositif ou sur les sanctions : suspensions de l’allocation, exclusions du dispositif, pour manquements par les jeunes à leurs obligations.

Depuis 2017, elle n’étudie plus les admissions qui sont directement prescrites par les missions locales, garantes du bon respect des critères d’éligibilité à l’entrée.

Durant l’expérimentation vosgienne (1er novembre 2013 à fin décembre 2016), 1 572 jeunes ont bénéficié du dispositif – à équitable proportion de femmes et d’hommes - avec pour 75 % d’entre eux, un niveau V, soit le niveau CAP / BEP. 13 % des jeunes étaient issus d’un quartier prioritaire politique de la ville, un sur cinq vivait en zone de revitalisation rurale. Pendant leur parcours, plus de 97 % des jeunes ont connu une ou plusieurs expériences professionnelles.

A fin décembre 2016, sur les 731 jeunes sortis, 52 % ont eu une sortie positive : emploi, formation, ou 4 mois d’immersion pendant le parcours.

291 jeunes ont intégré le dispositif à fin juin 2017, 294 nouveaux jeunes pourront encore bénéficier de la Garantie jeunes au second semestre 2017.